Des avis de décès ayant circulé un peu hâtivement, le GFIV tient à préciser qu’il continue ses activités, comme par le passé, au service de la créativité, du jeu libre, contre la domination spectaculaire marchande et la violence symbolique dans le champ de la culture.

La crise récente, qui a éclaté sur la liste du GFIV, a eu le mérite de faire le tri entre ceux qui partagent ces convictions et ceux qui préféreraient un peu plus de souplesse, une plus grande marge de manoeuvre dans leurs compromissions avec le pouvoir (compromission présentée comme signe de lucidité, garantie de maturité, voire développement d'une pensée cynique).

Il ne faut pas confondre élagage et abattage, scission et dissolution, épuration et destruction, assainissement et anéantissement.

Débarrassé de ses suiveurs les plus nuisibles sur le plan esthétique et spirituel (les « pro-GFIV » opportunistes venus surfer sur la vague au cas où, on ne sait jamais, et fort heureusement partis ailleurs poursuivre leurs pauvres rêves kitscho-médiatiques*), le GFIV canal historique peut rassurer ses vrais amis et sympathisants.

Un seul mot d’ordre

le GFIV Band : ENCORE !

* kitscho-médiatique : néologisme destiné à désigner les buts de ceux qui utilisent internet non pas comme un espace de création gratuite et de communication libre mais comme un espace de compensation où ils rêvent d’obtenir la récompense symbolique (célébrité, visibilité, notoriété…) qu’il n’ont pu obtenir dans l’espace social réel.

joe le gloseur